PARTAGER


Le directeur de cabinet du président de la République est l’objet de toutes les attentions aussi bien dans la majorité que dans l’opposition.

 

Brice Laccruche Alihanga, un jeune, trentenaire au profil atypique. Il est l’un des plus jeunes à cette fonction après Omar Bongo Ondimba. Boulimique du travail bien fait avec un CV très élogieux, les états de services de ce financier, au passage expert-comptable, parlent pour lui. Il est le premier qui soit à la fois Directeur de cabinet du président de la République et directeur de cabinet du président du parti démocratique gabonais. Si ce n’est une preuve de la grande confiance d’Ali Bongo Ondimba dans ce jeune homme que l’on aille jeter un coup d’oeil du côté loyauté dans le Petit Robert.

Brice Laccruche Alihanga reçoit ses instructions de son président de patron. Depuis le malaise du chef de l’État à Riyad, d’aucuns, aussi bien du camp présidentiel que du côté de l’opposition, lui prêtent des ambitions présidentielles. “FAUX! ARCHIFAUX! Il sert Ali Bongo Ondimba avec loyauté et dévouement” nous dira un proche de la famille présidentielle.

C’est le président de la République lui lui-même qui instruit son directeur de cabinet de s’assurer que ses promesses sont tenues et que ses instructions sont bien mises en pratique. Sa sortie de samedi en compagnie du ministre des TP pour visiter l’avancée des travaux en cours dans notre capitale et sa périphérie sont bien effectifs. Mais, bien avant cela, il s’est déjà illustré dans la résolution du conflit entre l’État et Averda au sujet de la collecte des ordures ménagères. Il s’est personnellement rendu à la décharge de Mindoubé, aujourd’hui saturée, afin de constater et remonter la bonne information à son patron.

Il semble que c’est la complicité voire cette alchimie de vision entre le chef de l’État et son premier collaborateur qui gênent ses détracteurs habitués à abuser de la confiance d’Ali Bongo Ondimba. Le président de la République est depuis de retour au pays où il a repris le travail de plus belle. Quoique très discret depuis quelques jours, ses collaborateurs rassurent qu’il continue de donner des instructions. Notamment, le chef du gouvernement et le directeur de cabinet. Devant cet apparente discrétion, les personnes à l’imagination débordante, digne des scénaristes Hollywood, affirment que le président de la République aurait été victime d’une rechute. Cependant, l’État et toutes les institutions continuent de fonctionner normalement.

Revenant du secteur privé, Brice Laccruche Alihanga ne s’embarrasse pas de bureaucratie. Il n’hésite donc à inciter le chef de l’État à donner leur chance à plus de jeunes comme lui pour occuper des postes de responsabilités. Ce qui lui vaut d’être jeté aux gémonies. Car il tranche avec l’ancien système, ce qui compte c’est que la parole du chef soit respectée et que les choses avancent.

Sur le terrain, les réalisations parlent pour lui. Quasiment toute l’administration a été rajeunie, à l’épreuve des faits. Le casting Brice Laccruche Alihanga s’avère une aubaine. Quelques jours avant le retour définitif d’Ali Bongo Ondimba, le directeur de cabinet a lancé un appel à agir citoyen qui porte ses fruits. Chaque semaine, on note que des gabonais sont venus en aide à leurs concitoyens traversant des situations complexes.

Autant de faits qui attestent de la fidélité et de la loyauté de Brice Laccruche Alihanga à l’égard d’Ali Bongo. Quand le gouvernement traîne ou se retrouve dans l’impasse, c’est son Directeur de cabinet que le président de la République instruit pour la résolution de la situation. On a encore en mémoire la grève des agents des douanes, la rupture de la voie à Nkoltang.

Voici un chapelet des quelques raisons pour lesquelles, le talentueux Brice Laccruche Alihanga est si détesté même dans son propre camp, parce qu’il travaille et veille à la matérialisation des instructions d’Ali Bongo Ondimba.

Yves Pambo

Commenter via facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez svp!
Votre nom