PARTAGER

Récemment  des centaines de silures ont été retrouvés morts dans un cours d’eau au village Mboukou à une dizaine de kilomètres de Mouila.

 

Après l’épisode des carpes mortes qui a défrayé la chronique dans le Moyen Ogooué et l’Ogooué-Maritime, on assiste à nouveau, à un cas  similaire dans le sud du Gabon, plus précisément au village Mboukou, situé à 18 km  de Mouila.

Les femmes ont découvert au cours d’une partie de pêche plusieurs poissons morts, plus préciséments des centaines de silures, dans des circonstances encore non élucidées. Face à cet état de fait, l’Observatoire de la promotion du développement durable des produits et des services des industries du Gabon (Oddig), a  sollicité l’expertise de l’Institut Supérieur d’Agronomie et de Biotechnologie (INSAB) afin de faire toute la lumière sur le phénomène qui inquiète, de plus en plus, les populations.

D’après les chercheurs de l’INSAB, il serait possible que les poissons soient morts par manque d’oxygène. “Il y a un empêchement des eaux, causant naturellement un manquent d’oxygène. Il faut aussi dire que l’homme n’est pas le seul prédateur ici. On a fait des prélèvements et nous ferons des analyses sur la qualité et la physico-chimie.” Le Pr Alain SOUZA indique que les résultats des analyses seront connus  dans 10 jours.

Aubin Itsoma

Commenter via facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez svp!
Votre nom