PARTAGER


La délégation gabonaise conduite par son chef de la diplomatie, Alain–Claude Bilie-By-Nze, a été reçue le 9 septembre par le président Paul Kagamé.  Accompagné du Secrétaire général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), Ahmad Allam-Mi, Ils ont remis au président rwandais le rapport sur les réformes engagées au sein de l’institution en plus du message du président Ali Bongo Ondimba.

 

Après l’Angola, la Guinée Equatoriale, le Cameroun, l’odyssée du  ministre gabonais des Affaires Étrangères s’est poursuivie à Kigali au Rwanda chez le président Paul Kagamé. La délégation conduite par le ministre gabonais des affaires étrangères auprès du chef de l’État rwandais a remis le document portant sur les réformes de cette organisation et un message du chef de l’État gabonais.

En substance, la une plus grande dynamisation de la CEEAC suite aux décisions prises en 2015 par les chefs d’État de la sous-région en vue d’accélérer l’intégration des biens et des personnes. Alain–Claude Bilie-By-Nze a exposé les enjeux de la réforme en cours et la volonté du Président Ali Bongo  qui tient à respecter les délais de la mise en oeuvre du projet sous-régional. Tout en étant disposé à recevoir les amendements.

«Vous vous rappelez qu’en 2015 vous, les chefs d’État, aviez confié à votre homologue Son Excellence Ali Bongo Ondimba, la réforme de la CEEAC. Les textes ont été adoptés par les ministres, il reste l’organisation d’un sommet d’ici à décembre pour les valider.», a rappelé  le ministre gabonais des Affaires Étrangères.

Pour sa part, Paul Kagamé a souhaité un rapide rétablissement au président Ali Bongo, et l’a félicité pour son message portant sur la réforme de la CEEAC. «Cette réforme est importante pour notre organisation en vue d’améliorer ses résultats. Malgré les difficultés de l’heure, nous porterons cette réforme et nous nous attèlerons à faire des propositions, des observations et des amendements que nous ferons parvenir au Secrétaire général de la CEEAC.», a déclaré Paul Kagamé.

Aubin Itsoma

Commenter via facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez svp!
Votre nom